Follow by Email

mercredi 4 mars 2015

Des prédateurs dans les branches : Les Cleridae Tillus elongatus, Tilloidea unifasciata, Opilo mollis, Opilo domesticus, Opilo pallidus, Thanasimus formicarius, Clerus mutillarius, Dermestoides sanguinicollis, Tarsostenus univittatus, Paratillus carus.


Chez les Cleridae, les larves et les adultes sont prédateurs d'autres insectes. Leurs larves, assez souvent colorées de rose ou de rouge plus ou moins soutenu, chassent celles d'autres coléoptères sur ou sous les écorces ou dans les galeries creusées par ces dernières. Certaines espèces de Cleridae se nourrissent, au stade larvaire, des larves ou nymphes d'abeilles solitaires.

Larve de Cleridae (10 mm environ)


Largement répandu en Europe, Tillus elongatus chasse, au début de la belle saison, les petits coléoptères xylophages sur les troncs d'arbres feuillus âgés des forêts ou des vieux parcs. Le plus souvent crépusculaire, il est parfois actif l'après-midi par temps chaud ou orageux.
Fait étonnant, la femelle ne présente pas le même aspect que le mâle en étant plus colorée que celui-ci.


Tillus elongatus mâle (6-10 mm)


Un autre mâle, au décollage

Tillus elongatus femelle et son pronotum orange faiblement bordé de noir.


Une autre.
Le Tilloidea unifasciata est un prédateur plutôt forestier, actif de mai à juin.

Tilloidea unifasciata (4-8 mm)

Les boisement anciens et les arbres sénescents hébergent un hôte discret, nocturne, qui parcoure les écorces et le bois mort à la recherche de ses proies. C'est Opilo mollis, le plus commun du genre mais qui peut être confondu avec d'autres espèces très proches et moins fréquentes.

Opilo mollis (8-13 mm), un Cleridae que l'on peut chercher, de nuit, sur les vieux arbres que l'adulte fréquente de mai à juillet.


Le même, avec la ponctuation des élytres s'effaçant vers l'apex (extrémité postérieure), l'un des critères d'identification pour cette espèce.


Opilo mollis, portrait.

Opilo domesticus (6-12 mm), une espèce proche de O. mollis qui s'en distingue par sa ponctuation élytrale plus forte et plus régulière.


L'Opilo pallidus est une espèce peu fréquente appréciant les vieilles chênaies bien exposées.

Opilo pallidus (8-10 mm), une espèce thermophile fréquentant le houppier et les branches ensoleillées des chênes.


Opilo pallidus, portrait.


Le Thanasimus formicarius est un Cleridae assez commun qui chasse sur les résineux.



Thanasimus formicarius (7-12 mm), un prédateur présent partout en Europe.

Le Clerus mutillarius a lui aussi une aire de répartition importante. Il est assez facilement observable, de mai à août, sur les arbres morts ou fraîchement coupés. Sa taille et sa voracité lui permettent de s'attaquer à des insectes xylophages parfois plus gros que lui.

Clerus mutillarius (8-15 mm), une espèce assez massive dotée d'un solide appétit.

Le même.

Clerus mutillarius de face, la dernière vision pour bien des insectes xylophages.

Le suivant est une espèce surtout liée aux très vieux chênes et, dans une moindre mesure, aux châtaigniers ou hêtres sénescents. L'ancienneté, la continuité temporelle des boisements et l'abondance de gros volumes de bois mort sont des conditions absolument nécessaires à la présence de ce Cleridae prédateur d'insectes eux-mêmes "exigeants". Le Dermestoides sanguinicollis n'est connu, en France, que de quelques rares forêts. La préservation des vieux ou très vieux arbres et leur renouvellement sont donc les seuls garants du maintien de ce coléoptère rarement observé.

Dermestoides sanguinicollis (7-9 mm), un coléoptère dont la présence est le symbole d'un haut degré de naturalité pour les massifs boisés.

Le Dermestoides sanguinicollis se déplace de façon fluide, le corps près de l'écorce et chasse ainsi sur les arbres hébergeant ses proies préférées.
Lymexylon navale (10 mm), est un coléoptère lui-même peu fréquent, dépendant des gros volumes de chêne mort et  semble aussi être le gibier favori du Dermestoides sanguinicollis.

L'espèce vole mais sa dispersion est limitée à l'abondance de gros volumes de bois mort, ressource hélas rarissime dans les forêts de plaine classiquement gérées.

Envol du Dermestoides sanguinicollis.

Importées avec des cargaisons de bois, deux espèces de Cleridae sont devenues cosmopolites et donc présentes en France dont Tarsostenus univittatus, insecte discret chassant sur le bois mort divers petits coléoptères.

Tarsostenus univittatus (3-5 mm), actif en juin-juillet et parfois attiré par les lumières.

L'autre, Paratillus carus, est un peu plus gros et un brin plus coloré.

Paratillus carus (4-7 mm), un australien parfaitement acclimaté.

3 commentaires:

  1. bravo!!! toujours aussi passionnant...
    l'année du jardinier

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour savez vous si ils peuvent piqué et quels en serrait les effets?? Merci

    RépondreSupprimer
  3. Bonjour savez vous si ils peuvent piqué et quels en serrait les effets?? Merci

    RépondreSupprimer