Follow by Email

mercredi 7 octobre 2015

La Mantispe (Mantispa styriaca)


Mantispa styriaca, un certain regard sur le monde.

Elle a quasiment tout d'une Mante, sauf quelques centimètres en moins compensés par des yeux aux reflets métalliques... Et surtout des ailes en "toit" qui désignent un autre Ordre que celui des Mantes (dictyoptères), celui des névroptères, comprenant des familles d'allures très diverses.
Malgré les apparences, il y a donc autant de différence entre une Mantispe et une Mante qu'entre un hanneton et une libellule. "Simplement" une évolution comparable pour une efficacité prédatrice similaire où l'on retrouve le thorax allongé, la tête mobile et les terribles pattes ravisseuses ...


Mantispa styriaca (environ 20 mm) à l'affût.

Plus discrète et moins fréquente que la Mante religieuse, la Mantispe est surtout présente dans les deux tiers sud du pays, au sein de la végétation bien exposée au soleil, cette espèce étant assez franchement thermophile.

Entretien de l'arsenal.

Comme la Mante, la Mantispe est active de jour comme de nuit et peut être attirée par les lumières, profitant alors de l'abondance de proies faciles.


On frémit à l'idée d'être plus petit qu'elle.

La femelle Mantispe pond plusieurs centaines (voir milliers) d’œufs pédiculés (un petit fil séparant l’œuf de son support) d'où sortiront des larves qui devront alors trouver un certain type d'araignée pour rentrer dans son cocon et y consommer les œufs avant de se nymphoser. Un mode de développement statistiquement plutôt risqué mais visiblement efficace pour le maintien de l'espèce. 


Des pattes et une vue perçantes !
  
Une autre espèce de Mantispe, très semblable à celle-ci, est également présente en France méridionale.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire